Cette version de navigateur n'est pas supportée. Veuillez utiliser au minimum Internet Explorer 10 ou la dernière version de Chrome, Firefox ou Safari.

Inside FLYER: à la conquête de la couronne «bike to work».

IT-Leiter François mit der FLYER «bike to work»-Trophäe.

Lancé le 1er mai, le défi «bike to work» bat son plein. François, notre responsable informatique, défend bec et ongles son titre, obtenu l’année dernière, et nous raconte son quotidien de pendulaire à e-bike. Il nous parle aussi de ses modèles FLYER préférés.

Les efforts pour décrocher le trophée «bike to work» ne faiblissent pas. «bike to work» est un projet à l’initiative de ProVelo Suisse et une opération à l’échelle de tout le pays visant à promouvoir la santé en entreprise. Chaque année, au mois de mai et juin, quelque 65 000 pendulaires enfourchent leur vélo pour se rendre au travail et laissent leur voiture au garage. FLYER fait partie des 2200 entreprises qui relèvent le défi et s’investissent pour l’esprit d’équipe, la forme physique et la mobilité durable.

«L’envie de participer au défi «bike to work» m’est venue il y a deux ans. Je me suis lancé l’année dernière», raconte François. «J’avais déjà fait quelques petites randonnées avec mon e-Mountainbike FLYER et je me sentais prêt à participer», poursuit-il.

En mai et juin 2018, François a parcouru 1722 kilomètres dans le cadre du défi, ce qui lui a valu la victoire et le trophée «bike to work» très convoité. Si le défi suisse a prévu différents prix, décernés aux participants qui parcourent au moins 50% du trajet jusqu’à leur travail (quelle que soit la distance) avec un vélo musculaire ou à assistance électrique, FLYER en a concocté un de plus, qui se dispute en interne. La couronne revient à la personne qui aura cumulé le plus de kilomètres. Sa récompense: la gloire, les honneurs et le légendaire trophée «bike to work».

«36 kilomètres séparent mon domicile de mon lieu de travail, soit 72 kilomètres aller et retour», raconte François. «L’année dernière, les jours de pluie, j’ai souvent combiné e-bike et train et je n’ai pas pédalé sur la totalité du parcours. Cette année, j’ai décidé d’utiliser mon FLYER tous les jours sur toute la distance.» À ce jour, François a quasiment réussi à s’y tenir. Depuis début mai, il n’a laissé son e-bike au garage qu’un seul jour pour prendre sa voiture. François a déjà parcouru 1147 kilomètres à e-bike.

«Mes modèles préférés sont la série TX FLYER et l’Upstreet5. La suspension intégrale de la série TX rend tout le parcours très confortable et nivelle les aspérités de la route», explique François. «Mais l’Upstreet5 dans sa variante High Speed me plaît aussi beaucoup», poursuit-il. «Ses performances et son énorme batterie SIB de 630 watts-heure sont épatantes.»

«L’année dernière, je voulais juste participer, mais cette année je veux gagner», déclare François, crânement. «La sensation que l’on éprouve en se rendant au travail avec son FLYER, par beau temps, tôt le matin est tout simplement super et on arrive de bonne humeur. Je le conseille à tout le monde!» Si, l’année dernière, il a fallu attendre les derniers jours du défi pour voir se profiler le vainqueur, le suspense cette année risque aussi de durer, car la course est très disputée. François va-t-il réussir à s’imposer?

______________

François travaille chez FLYER depuis 2016 en tant que responsable informatique des projets et des améliorations numériques. Quand il n’est pas sur son FLYER Upstreet5 pour se rendre au travail, il aime passer du temps en famille, au grand air.