FLYER a 25 ans: le «New FLYER», à l’avant-garde d’une mobilité nouvelle

Le projet «New FLYER» a donné naissance au FLYER Série F, un e-bike pour pendulaires moderne et unique en son genre, très en avance sur son temps.

En 2000, pile pour le changement de millénaire, un tout nouvel e-bike FLYER arrive sur le marché. Un e-bike moderne et sportif que ses auteurs sont très fiers de présenter. Grandes ambitions, esprit pionnier et force d’innovation marquent le développement du «New FLYER», aujourd’hui connu sous le nom de FLYER Série F.

L’objectif: proposer aux pendulaires un e-bike sportif et moderne. «Avec le «New FLYER», on voulait révolutionner la mobilité et mettre le conducteur de BMW sur un e-bike», témoigne Hans Furrer qui, à cette époque, venait de rejoindre l’entreprise BKTech. «C’est pour cette raison que le design était si futuriste», poursuit Hans Furrer.

Quant aux méthodes de travail, Philippe Kohlbrenner souligne que les technologies employées étaient alors inédites dans le monde industriel. «Personne ne pensait que nous réussirions. Nous avons dû nous démener pour que le «New FLYER» arrive sur le marché», poursuit Philippe Kohlbrenner.

Les inventeurs tiennent à localiser la création de valeur en Suisse, tant pour le développement que la production du FLYER Série F. Ils veulent développer et fabriquer eux-mêmes aussi bien le moteur que la batterie de l’e-bike.

Berthold Jonientz, surnommé Berty, jouera un rôle majeur. Quelques années plus tôt, Berty rencontre par hasard les fondateurs de BKTech à un salon à Bâle. Il décidera de rejoindre leur entreprise. Le développement du moteur à entraînement direct, à commutation électronique et donc silencieux et d’un système propre de capteur de couple pour le projet «New FLYER» est confié à Berty. Ce travail de pionnier plaît au bricoleur fan de technologie, originaire du Bade-Wurtemberg. C’est toujours le cas, à en juger par son laboratoire de l’usine FLYER.

Portrait Berty Jonientz
Berty Jonientz

Au début des années 2000, l’e-bike ne jouit pas d’une grande notoriété. Parler de tendance est prématuré. Les pendulaires n’ont pas encore pris conscience des avantages que procure l’e-bike. Le FLYER Série F a une bonne longueur d’avance sur son temps. À l’époque, on s’intéresse à l’e-bike surtout pour compenser une baisse de forme physique. Vélo rapide très sportif, le FLYER Série F ne répond guère à ces attentes, ce qui explique peut-être qu’il ne percera pas sur le marché.

Le grand public se rendra compte plus tard que l’e-bike est un moyen de locomotion efficace, respectueux de l’environnement, bon pour la santé et surtout plaisant pour la mobilité quotidienne. Tandis que le FLYER Série F continue d’occuper une place importante au sein de notre petit musée, dans l’usine FLYER, de nombreux modèles ont trouvé la leur dans les rues du monde, 20 ans après l’apparition du «New FLYER».

par Yvonne Wyss
14 mai 2020